Prendre rendez-vous
024 424 66 40
lu-ve 7h30-18h

IRM ou comment voir l'eau

L’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) est une technique d’imagerie médicale récente (utilisée en clinique dès les années 1980-90) qui utilise non pas des rayons X, mais un champ magnétique statique puissant de l'ordre de 1 à 3 Teslas, associé à des ondes radio.

Ceci permet la visualisation des protons "magnétiquement mobiles" de notre corps, protons contenus dans l'hydrogène, donc dans l'eau et la graisse essentiellement. On a coutume de dire que l'IRM est l'imagerie de l'eau, élément le plus abondant du corps humain. Or, on sait que tout tissu malade sécrète de l'eau extracellulaire dans laquelle se trouve beaucoup de protons dont le spin est très mobile, donc analysable et localisable.

L'IRM permet d'analyser tous les organes du corps humain de manière très précise, à l'exception des poumons eux-mêmes.

Contres-indications essentielles

Lors de la prise de rendez-vous, il est nécessaire de signaler les implants électroniques suivants :

  • pacemaker
  • défibrillateur
  • pompe à insuline
  • implant cochléaire
  • neurostimulateur

Produit de contratse

Il s’agit de Gadolinium. Son injection intraveineuse en cours d’examen sert à augmenter le contraste de l’image lors de certaines séquences. Cela permet ainsi d’augmenter la visibilité des anomalies des tissus analysés, ce qui apporte des informations supplémentaires, notamment pour l'imagerie des organes suivants :

  1. Appareil Ostéo-articulaire
  2. Neuroimagerie
  3. Abdomen et pelvis
  4. Entéro-IRM (IRM de l'intestin grèle)
  5. Parties molles
  6. Vaisseaux
  7. Cou-ORL
  8. Colonne vértébrale
Imagerie par résonance magnétique
IRM Ingenia 3 Teslas de Philips

Arthro-irm

arthro-rim
Arthro-IRM

L'arthro-IRM est un examen qui combine l'arthrographie (arthro) d'une articulation suivi d'une IRM de celle-ci. Dans un premier temps, vous serez couché sur une table de radiologie et le médecin radiologue piquera dans l'articulation (épaule, hanche, genou par exemple) pour y injecter un liquide contenant du produit de contraste iodé visible sur les radiographies et du Gadolinium bien visible à l'IRM. Le but de cette injection, d'un volume de 5 à 20 ml, est de distendre l'articulation afin de mieux en analyser les structures internes. Suite à l'injection, on vous conduira dans la salle d'IRM pour y réaliser l'IRM proprement dite (voir ci-dessus).

Pour cet examen, vous ne devez pas être sous médication anticoagulante lourde tel que sintrom, liquémine ou autres nouveaux anticoagulants oraux. Par contre, l'aspirine et les antiagrégants ne sont pas une contre-indication à l'arthro-IRM. Veuillez cependant en référer à votre médecin traitant dans tous les cas. Il n'est pas nécessaire d'être à jeun pour cet examen.

echographie doppler

L'examen échographique ou ultrason utilise des ondes sonores de hautes fréquences (comprise entre 2 et 18 MHz) permettant de construire des images 2D ou 3D sur le principe du sonar grâce au processus informatique associé. Plus la fréquence de la sonde est élevée, meilleure est la définition de l'image mais moins bonne est la pénétration en profondeur. Les sondes haute fréquence de 10 à 18 Mhz sont utilisées pour la surface (sein, thyroïde) et les plus basses fréquence de 2 à 10 Mhz pour l'abdomen par exemple. Le mode Doppler de l'échographie permet d'analyser la vitesse du sang circulant.

Aucun effet biologique délétère n'a été observé jusqu'à ce jour. L'examen échographique est donc sans danger et c'est pour cette raison que cette méthode est utilisée comme outil diagnostique chez la femme enceinte. La présence d'un stimulateur cardiaque ou d'une pompe à insuline n'est pas une contre-indication à une échographie.

Pas de préparation particulière, sauf :

  1. Abdomen supérieur : 5 heures à jeun* avant l'examen afin de bien distendre la vésicule biliaire.
  2. Abdomen inférieur et reins : venir vessie pleine (ne pas uriner 3 heures avant et boire de l'eau plate)
  3. Abdomen complet : 5 heures à jeun* avant l'examen et venir vessie pleine (boire de l'eau plate)

* Même si on vous demande d'être à jeun, vous devez prendre vos médicaments avec de l'eau plate (1dl), comme d'habitude. Les patients diabétiques peuvent boire de l'eau sucrée si nécessaire.

echographie doppler
Echographe Aplio 500 de Toshiba

INFILTRATIONS OSTEO-ARTICULAIRE SOUS echographie

Infiltrations ostéo-articulaire sous us
Infiltration echoguidée

1. Généralités

L'infiltration ostéoarticulaire consiste à injecter, sous contrôle échographique, un produit le plus souvent à base de cortisone dans la zone lésée. D'autres techniques peuvent être utilisées en complément, tel que trituration, fenestration ou traitement à haut volume. Les principales indications sont les pathologies tendineuses comme celles de l'épaule, du tendon d'Achille, du kyste poplité du genou, du fascia plantaire, du coude; parfois du tunnel carpien ou de "doigt à ressaut". Ce type d'infiltration ne doit pas être réalisé chez les patients sous anticoagulant et nécessite par la suite une interruption de l'activité sportive de 2 semaines au moins.

Les infiltrations echoguidées font partie de l’arsenal thérapeutique juste après le traitement médical de base.

2. Technique de l'intervention

Après une désinfection soignée de la peau, le médecin radiologue réalisera une anesthésie locale, de manière a ce que vous ne ressentiez que peu de douleur. Puis, sous contrôle échographique, il introduira une aiguille fine au contact de la zone douloureuse, afin d’injecter un produit anti-inflammatoire. Votre consentement sera demandé avant de commencer l’examen.

L’efficacité d’une infiltration échoguidée ne peut être appréciée qu’à 48h du geste. Dans certains cas, en dépit d’une position parfaite du site d’injection, l’effet de soulagement de vos symptômes peut être très modeste. Une infiltration échoguidée prend généralement 20 à 30 minutes. Cependant, afin de remplir les étapes administratives et en cas d'attente imprévue, nous vous conseillons de prévoir jusqu'à 60 minutes pour votre rendez-vous.

3. Efficacité et précautions

Les infiltrations ostéoarticulaires sous contrôle échographique ne sont cependant pas une solution miracle. Même si les risques sont minimes, l'indication à les réaliser doit être bien posée, uniquement avec l'accord et à la demande de votre médecin traitant. Il existe un certain taux d'échec de l'ordre de 25%, même après 2 ou 3 infiltrations.

Pour des explications plus complètes, nous vous renvoyons à l'excellent site du Cabinet d'imagerie de la Côte à Corcelles NE.

Radiographies ou radiologie conventionnelle

Depuis la découverte des rayons X en 1985, la technologie radiologique a fortement évoluée pour devenir entièrement digitale dès les années 2000, permettant en particulier la téléradiologie. Néanmoins, le principe radiographique est resté identique mais réalisé actuellement à des doses d'irradiation minime. C'est bien là le principal progrès du dernier siècle en radiologie conventionnelle.

Avantages et indications

Les radiographies conventionnelles ou "standards" gardent une importance reconnue, en particulier dans le domaine de la traumatologie, de l'orthopédie et de la rhumatologie. Elles doivent souvent être réalisées pour un avis orthopédique, en particulier dans un contexte d'arthrose ou de prothèse articulaire. Elles permettent une appréciation des troubles statiques de la colonne et du bassin car, contrairement à l'IRM ou au scanner, les radiographies se réalisent facilement en position debout.

Les radiographies des poumons restent également indiquées dans de nombreuses situations mais ne se réalisent plus systématiquement sur l'ensemble de la population, contrairement aux années 1970-80. Les radiographies de la colonne vertébrale sont également indiquées dans de nombreux cas, même si l'irradiation est légèrement plus marquée.

Désavantages et contre-indications

Malgré le faible taux d'irradiation des radiographies conventionnelles, elles doivent toujours être réalisées sur indication médicale, raison pour laquelle nous exigeons un "bon de Radiologie" signé par votre médecin avant toute prise en charge.

Le seul désavantage des radiographies est l'exposition aux rayons X.

On préconise souvent de protéger les organes sensibles (ovaires et testicules) par des protections plombées lors de la réalisation de radiographie, ce que nous faisons. Néanmoins, cette mesure n'est pas optimale car elle peut masquer la zone à examiner et n'élimine pas le rayonnement diffusé. Même chez les bébés ou la femme enceinte, on doit parfois absolument voir le bassin, le sacrum ou les hanches. Ce serait une erreur de renoncer à l'irradiation et de méconnaitre par exemple une fracture du bassin.

En cas de grossesse, l'indication à la radiographie sera discutée entre votre médecin et le radiologue.

Certains examens radiologiques conventionnels ne doivent actuellement plus être réalisés; il s'agit de :

  • Radiographies du Crane, sauf parfois quelques cas particuliers chez le bébé (craniosynostose) et petit enfant ou dans certaines situations oncologiques. Il est préférable de réaliser d'emblée un CT ou IRM du crâne et cerveau.
  • Radiographies de l'abdomen à vide, sauf situation très particulière. Il est préférable d'effectuer d'emblée une échographie, un CT ou IRM de l'abdomen.

Conclusion

Il faut toujours soigneusement peser le pour et le contre d'un examen radiologique, en particulier des radiographies et du scanner. Il serait faux de renoncer à un examen nécessaire sous prétexte d'un petit risque théorique d'irradiation, de même qu'il serait erroné de le réaliser sans indication médicale.

Radiographies
Table de Radiologie Apollo de Villa Sistemi Medicali

EXAMENS RADIOLOGIQUES SOUS SCOPIE

Examens sous scopie
Radiologie conventionnelle

La Radioscopie permet de voir le mouvement par rayons X, à une cadence de 1 à 12 images par seconde, en mode "cinéma", raison pour laquelle on parle également de Radiocinéma. Il s'agit d'une technique de radiologie conventionnelle, beaucoup moins utilisé actuellement. Les indications principales sont les suivantes :

  • Transit baryté oeso-gastrique: le patient avale une solution liquidienne blanche et radio-opaque contenant du barium et permettant une étude de la dynamique de la déglutition.
  • Transit suivi. Même principe que transit gastrique mais on attend que le produit baryté remplisse l'intestin grèle pour étude de celui-ci.
  • Arthrographies: injection de produit de contraste dans une articulation, presque toujours couplé à un examen IRM (voir arthro-IRM)
  • Radioscopie des poumons pour étude de la mobilité des coupoles diaphragmatiques.
  • Cystographie et urétrographie: visualisation de la vessie et de l'urètre en miction par mise en place d'un cathéter intra-vésical. Nous le réalisons chez l'adulte uniquement.

Examens que nous ne réalisons pas

Notre centre de radiologie ne réalise pas les examens d'imagerie suivants :

  • Scanner : se réalisent au CINOV.
  • Mammographies : se réalisent au CINOV.
  • Médecine nucléaire : les scintigraphies et PET-CT se réalisent au CINOV.
  • Ostéodensitométries : se réalisent sur l'unité mobile Oscar.
  • CUM chez l'enfant et le bébé : nous ne les réalisons pas pour l'instant en 2018 mais ce type d'examen s'effectue à l'hôpital d'Yverdon-les-Bains.